Articles
Paphiopedilum rothschildianum : quelques notes de culture
Publié le: 26 Mars 2011 Par: Steph | Nombre d'affichages: 5926

J'ai toujours beaucoup aimé cette espèce (restée mythique pour beaucoup d'orchidophiles), dont on disait qu'elle prenait 10/12 ans pour fleurir à partir de la sortie de flacon. Or, pour cultiver assidûment ces plantes depuis quelques années, je constate que leur réputation de lenteur est très surfaite, pour ne pas dire mensongère.

Mes conditions de culture d'il y a 8 ans, quoique pas idéales en terme d'humidité, étaient quand même des conditions de serre chaude : une salle de culture garnie d'étagères, sous lesquelles un total de 24 tubes fluorescents fonctionnaient, ainsi que 3 lampes HID de 400 et 600w accrochées au plafond (il n'y en avait que deux au moment de la photo ci-dessous).

salle de culture en 2004

Salle de culture en 2003

Cette pièce n'avait nul besoin d'être chauffée en hiver, l'éclairage s'en chargeait pour moi, au point où j'avais installé un système de cooltubes dans l'appartement suivant (ci-dessous). Je me sers encore de ce système aujourd'hui, sans les lampes, juste comme "intracteur" pour faire entrer de l'air plus frais en été dans la serre.

salle de culture en fin 2005

Seconde salle de culture Ermont

Le premier roth est arrivé vers cette époque, et il a été cultivé sur une de ces étagères. Cela n'a pas été un succès, car je ne maîtrisais pas vraiment les paphios à l'époque, mais un trublion des forums orchidophiles m'a incité à changer ma méthode de culture en donnant plus d'humidité aux racines et en nourrissant les plantes différemment de ce qui était généralement préconisé. C'est l'époque où la laine de roche a fait son apparition chez moi, et s'il y a bien un usage pour lequel je ne la remettrai pas en question, c'est bien pour la culture de cette section de paphios (coryopedilum) !

Je me permettrai ici une observation : Paph. rotschildianum vit mal en substrat "sec" : il faut ajouter de la tourbe ou de la sphaigne à l'écorce de pin pour que son puissant système racinaire se forme, et lui véhicule les nutriments dont il a besoin. Il vaut mieux éviter de le cultiver en écorce pure, ça ne marche pas bien (sauf peut-être en serre, mais je ne tenterai pas), et je dirais même qu'il est (au moins en appartement) le seul paphio susceptible de pousser dans les mélanges à orchidées du commerce, pourvu que l'arrosage soit adapté en conséquence (Les photos d'époque manquent, mais le premier roth a tellement souffert en écorce pure qu'il ne croît vraiment bien que depuis 2 ans, après un passage en laine de roche 3 ans plus tôt (c'est un Borneo x CE). Il est aujourd'hui en très grande forme, mais il reste un clone assez peu prometteur...).

Au travers des connaissances paphiophiles que j'ai faites alors, et qui réussissaient bien leur culture, j'ai pu apprendre deux choses : il leur fallait de la nourriture pour croître (celui qui fait pousser ses roths sans engrais a intérêt à prévoir bandelettes et vases canopes s'il veut être en état de conservation correct lorsque ses plantes arriveront à maturité, si elles y arrivent un jour). Il leur faut aussi une lumière correcte pour fleurir (20-25.000 lux semble une bonne moyenne). Quant à la température, elle est, à mon avis, un accélérateur de croissance sans que son rôle ne soit aussi crucial que les points précédents. En clair, un roth doit pouvoir vivre et fleurir avec 20°C le jour, mais ce ne sera peut-être pas un foudre de guerre. Oublier l'engrais, en revanche, condamne les plantes à ne pas pouvoir se développer.

Dans leur biotope en effet (Sabah), elles poussent à côté de plantes gourmandes (Amorphophallus par exemple, mais aussi d'autres aracées, Tetrastigma, fougères...) et ont intérêt à résister à cette concurrence en prenant du volume. Elles doivent aussi résister à une mousson d'hiver très soutenue qui pourrait facilement emporter les plantes si celles-ci restaient microscopiques et ne produisaient un fort système racinaire dès la première année. Cela signifie que les 10 ans de culture annoncés en général avant la première floraison tiennent plutôt de conditions inadéquates que d'une généralité.

A partir de 2005 comme les autres multiflores commençaient à prospérer, y compris sanderianum, j'ai acquis plusieurs autres plantes, quasiment adultes : une division du pied mère de Michel Vacherot en premier, un 'Borneo x eureka' de chez Sam Tsui ensuite, et en 2006 un 'Jurassic Park x Hesti' produit chez Popow. Aucune de ces plantes n'est une bête à concours, mais elles m'ont permis de me "faire la main".

Jurassic Park x Hesti à son arrivée : déjà une belle plante

Paphiopedilum rothschildianum 'Raptor' = Jurassic Park x Hesti

Ces trois plantes ont été immédiatement rempotées en laine de roche, et ont consommé beaucoup de Biogrow (mon engrais de l'époque). Elles ont également vécu sous lampes HID, avec environ 20.000 lux, 12 heures par jour.

Lorsque la plante Mivac a fleuri, j'étais très heureux de mon premier roth (mais rétrospectivement... pas de quoi s'extasier sur les qualités florales)

Roth Mivac

Paphiopedilum rothschildianum 'Mivac'.  

Roth Jurassic Park x Hesti

Paphiopedilum rothschildianum 'raptor'

Après avoir vu ces floraisons, j'ai cherché de meilleures sélections, et c'est finalement de Taiwan que j'ai importé une seconde série de plantes. Quant aux trois adultes, ils avaient une croissance très soutenue, et peu conforme aux idées reçues sur la lenteur de l'espèce. La comparaison était plutôt à faire avec P. philippinense : Mivac avait fleuri sur une pousse seule, Jurassic Park x Hesti s'élargissait à vue d'oeil, quant à Borneo x Eureka, arrivé à terme plus tard, il avait d'emblée produit plusieurs pousses (heureusement qu'il était vendu comme "plus compact").

Mon intuition me laisse penser aujourd'hui que la réponse venait des tubes fluos sous les étagères, et surtout de leurs ballasts... les pots de laine de roche étaient simplement chauffés à au moins 21-22 degrés le jour. Cela peut expliquer la quantité de racines et une assimilation de l'engrais plus rapide que sans chaleur de fond. Le roth se dégusterait donc tiède...

Quoi qu'il en soit, les 8 plantes taiwanaises sont arrivées en mars 2008. C'étaient de jeunes sujets mesurant  de 15 à 25 cm d'envergure, provenant de 4 croisements différents. Entre temps, on m'a offert un taiwanais de plus (d'une 5ème souche), lequel a été mis en culture exactement comme les autres. De façon non préméditée, et parce que c'était les seuls emplacements où j'avais de l'espace libre, toutes ces plantes ont été installées en "premier étage", c'est à dire avec les néons dessous, et la dose d'Osmocote...

Ces plantes ont poussé sans soucis depuis 3 ans jusqu'à atteindre pour la moitié d'entre elles une taille respectable avec une nouvelle pousse, signe du passage à l'âge adulte. Une seule ne s'est pas bien développée et attaque seulement sa croissance. En termes de stats pour les autres : 90 cm d'envergure pour la plus grande, 60 à 70 cm environ pour la plus petite, pots de 15 à 20), et elles disposent toujours en permanence d'une dose d'Osmocote (géraniums 10-11-18, mais tomates a la même formule) changée chaque 6 mois, en plus de l'engrais mis à chaque arrosage dans la serre.

sachet d'Osmocote fait dans un morceau de bas nylon

Je n'ai pas observé à proprement parler de ralentissement de croissance hivernal, d'autant que, à nouveau sans le vouloir, l'un des deux radiateurs de la serre (installés par sécurité pour assurer une inertie thermique en cas de panne des aérothermes) est pile sous la tablette des coryopedilum. Ils bénéficient donc encore de la chaleur de fond.

En tout cas, les conditions semblent leur plaire : le premier des "bébés" de 2008 est fleuri (photo plus bas). Il s'agit d'un roth (TN-Purple Dream x TN-Six fay), ce dernier parent étant certainement l'un des plus florifères à ma connaissance.

La plante, qui est plutôt de taille moyenne, a produit 4 fleurs, ce qui est un bon début, mais surtout la qualité florale est déjà là. Les trois autres jeunes adultes vont probablement arriver dans l'année, alors que le reste sera normalement à maturité pour 2012.

 

Ci-dessous : un petit récapitulatif de mes conditions de culture. A adapter aux conditions de chacun.

Eclairement20.000 à 25.000 lux en moyenne
Température22 à 30°C le jour, 16 à 20°C la nuit. 25°C le jour et 16°C la nuit semblent idéaux. Chaleur de fond à 21°C la nuit, 23/24°C le jour.
Nutrition350 - 400 PPM d'engrais organique 4-2-6 à chaque arrosage + capsule d'Osmocote 10-11-18 sur le pot
Arrosagehebdomadaire. Rinçage à l'eau osmosée une fois par mois
Eau utilisée90% osmosée + 10% eau dure. pH descendu à 6.5 avec de l'acide nitrique

 

Quelques plantes anciennes, récemment photographiées

ci-dessous : Borneo x Eureka

Rothschildianum Borneo x Eureka

Ci-dessous : Jurassic Park x Hesti (pas encombrant du tout, dans sa poubelle de salle de bains)

Le coin des "petits" (au milieu TN-13-3 x TN-Tiger, prêt à fleurir lui aussi).

TN-JFY x TN-Tiger : le plus grand de la bande avec ses 90cm d'envergure (il me semble que la spathe s'annonce)

TN-Purple Dream x TN-Six Fay, le premier de la série à fleurir. Je vous laisse apprécier la différence de qualité par rapport aux précédents

Paphiopedilum rothschildianum TN Purple dream x Six Fay

Voici au 21 août le premier des deux JFY x TN-Tiger (le second arrive dans quelques semaines). La photo au flash permet mal d'apprécier la couleur, en réalité très proche de TN-Tiger.

Paph rothschildianum JFY x TN-Tiger 
Même fleur sans flash, en gros plan (on distingue mieux les couleurs) 
Paph rothschildianum JFY x TN-Tiger 

 Le premier de la dernière série : TN 13-13 x Purple Dream (belle couleur, mais forme perfectible; là on n'est pas du tout à la saison normale pour ces plantes, ceci explique peut-être cela)

Paphiopedilum rothschildianum TN 13-3 x Purple Dream

Et enfin ci-dessous TN-TCS x TN-Tiger (la couleur est réellement à tomber !!!)

Paphiopedilum rothschildianum TCS x TN-Tiger

Et le second JFY x TN-Tiger, pas entièrement ouvert mais très belle forme, et fleur énooooorme !!! Il tient bien plus de TN-Tiger que son frérot...
Paphiopedilum rothschildianum JFY x TN-Tiger

Le même quelques semaines plus tard

Paphiopedilum rothschildianum JFY x TN-Tiger 

Commentaires:

Vous n'avez pas la possibilité d'ajouter des commentaires
Rechercher
 
Derniers articles
Orchidée Diffusion (Commerce)
Publié: 24 Mars 2015
paphiopedilum canhii (Floraisons)
Publié: 28 Janvier 2012

paphiopedilum canhii
Promenaea stapelioides (Floraisons)
Publié: 2 Juin 2011

Promenaea stapelioides
Paphiopedilum hangianum (Floraisons)
Publié: 16 Mai 2011

Paphiopedilum hangianum
Paphiopedilum niveum (Floraisons)
Publié: 8 Mai 2011

Paphiopedilum niveum

Une visite au Naturospace de Honfleur (Balades)
Publié: 8 Mai 2011

Naturospace Honfleur

Sur le forum

Posted by rastafouni
23 Septembre 2017


Posted by jann
14 Septembre 2017

Catasetum Alexa
Posted by rastafouni
14 Septembre 2017

pubs intempestives
Posted by jann
14 Septembre 2017


Posted by ANIK17
3 Septembre 2017